L’activité dans la construction stabilisée à un haut niveau fin 2019

Plusieurs études récentes portant sur l’activité du BTP font état du dynamisme du secteur et de l’optimisme relatif des dirigeants.

L’Insee a publié, fin décembre 2019, les résultats de son étude réalisée auprès des chefs d'entreprise du BTP afin de mesurer leur activité. Il en ressort qu’au mois de décembre, le climat des affaires   est élevé et le moral des dirigeants du secteur, plutôt optimiste. Parmi les points positifs relevés : leurs carnets de commandes, lesquels leur assureraient en moyenne huit mois de travail. Une situation qui explique que, en décembre, les chefs d'entreprise sont aussi plus nombreux à prévoir d'augmenter leurs prix.

A l'inverse, les perspectives d'emploi sont jugées moins bonnes qu'au mois de novembre. Après un net rebond, le solde se replie légèrement, tout en demeurant supérieur à sa moyenne de longue durée : un peu moins d'un quart des dirigeants interrogés ont signalé des goulots de production liés au manque de personnel. 

Créations et défaillances d’entreprises
Fin novembre 2019, pas moins de 7 738 entreprises ont été créées dans le bâtiment et les travaux publics, contre 7 224 le mois précédent, soit une hausse de 7,1 %. Sur douze mois cumulés, la progression est encore plus frappante : entre novembre 2018 et novembre 2019, le BTP a vu le nombre de ces créations de sociétés décoller de 16,5 %. Ce chiffre est toutefois à nuancer par le fait que les demandes d'immatriculations de micro-entreprises représentent presque la moitié des créations enregistrées.
Par ailleurs, la dernière étude trimestrielle d’Altares, spécialisée dans l'information sur les entreprises, montre que le nombre des défaillances a fortement reculé durant l’été 2019, pour retrouver son niveau d'avant la crise de 2008. La baisse est de 8 % au troisième trimestre2019, preuve que le secteur du bâtiment se porte globalement mieux. Dans le détail, ce sont le second-œuvre et les travaux publics qui tirent le secteur, avec respectivement - 13,7 % et -13,2 % de liquidations, alors que le gros-œuvre éprouve des difficultés à remonter la pente, avec une baisse de seulement 1,2 % des défaillances d’entreprises. La situation reste également préoccupante pour les constructeurs de maisons individuelles avec près de 180 défaillances (+19 %) au troisième trimestre : c’est le plus mauvais chiffre depuis quatre ans.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?