COVID-19 : un protocole pour protéger les ouvriers sur les chantiers

Afin de maintenir l'activité du BTP dans des conditions de travail acceptables pour les salariés, un protocole a été signé hier entre les ministères concernés et les principales organisations professionnelles du secteur.

La FFB1, la CAPEB2 et la FNTP3 ont indiqué hier dans un communiqué commun avec plusieurs ministères (Travail, Solidarités et Santé), s’être accordées sur plusieurs principes permettant de renforcer, dans les tout prochains jours, la continuité de l'activité du secteur et la poursuite des chantiers, sous réserve de garantir des conditions acceptables de sécurité pour les salariés. 

Un Guide de bonnes pratiques

Dans de nombreux cas, des réorganisations ou des ajustements des pratiques pourraient en effet permettre la poursuite de l'activité. Cela nécessite des "procédures adaptées" de respect des gestes barrière et de distance entre les salariés. C’est pourquoi un Guide de bonnes pratiques, rédigé avec l’appui de l’OPPBTP4 et validé par les ministères du Travail et des Solidarités et de la Santé, sera diffusé dans les prochains jours par les représentants de la Profession afin de préciser les recommandations à suivre pour assurer des conditions sanitaires satisfaisantes sur les chantiers, quelle que soit la taille des entreprises concernées. Il préconise, par exemple, l’usage de la voiture individuelle pour se rendre sur les chantiers plutôt que le transport à plusieurs en fourgons. Sur place, outre le respect des distances à respecter, les compagnons seront moins nombreux, et leur température pourrait être prise régulièrement. Des tâches manuelles pourraient aussi être remplacées par des tâches mécaniques.

Rappelons que le droit du travail prévoit que l'employeur est tenu à une obligation de moyens qui l’engage à prendre les mesures de prévention utiles pour la protection des salariés. C’est bien le sens de la position des organisations professionnelles, pour qui la diffusion du Guide de bonnes pratiques constitue un préalable à une reprise des chantiers.

Chômage partiel

Les Pouvoirs publics confirment également, dans le communiqué de presse, que les entreprises de BTP peuvent prétendre, au même titre que les autres secteurs, aux modalités exceptionnelles de recours au chômage partiel et, plus largement, à tous les dispositifs annoncés ces derniers jours et prochainement opérationnels.

Une reprise progressive

Quoi qu’il en soit, la reprise des activités sera progressive et dépendra, au cas par cas, de la configuration particulière du chantier et de la disponibilité des approvisionnements. En effet, beaucoup de fournisseurs, actuellement fermés, pourraient rendre le travail impossible ou fortement ralenti à court terme.
En matière de travaux publics, ce sont les grands maîtres d'ouvrage au niveau national et les préfets au niveau local qui coordonneront et prioriseront les chantiers à poursuivre ou à relancer.

Pour en savoir plus :


1. Fédération française du bâtiment.
2. Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment.
3. Fédération nationale des travaux publics.
4. Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?